alexandra-bertels-dauwens-beernaert-cart

TOUJOURS à ZERO
Sablier en crystal, laiton, bois, eau de glacier, sable 

Il 'sagit d'un sablier où dans la partie superieure il ya de l'eau de glacier, dans la partie inferieure il y a, du sable du desert.

L'eau est donc devenue sable. Le temps se calcule à travers des element de la nature.

L'eau est la mer, la vie, d'où toute forme de vie provient, le sable, au contraire répresente le desert, c'est à dire l'absence de vie humaine possible et donc la mort.

L'homme en ménaçant ce bien primaire qui est l'eau laisse petit à petit la place au “desert” en mettant ainsi à risque sa propre survie.

C'est une duplice réflexion: La prémière, suggerée par le titre  et en dehors de toute actualité  est que l'homme, depuis toujours ne peut pas s'empecher de réfaire les memes erreurs.

Il doit arriver à detruire pour pouvoir prendre conscience et reconstruire.

C'est un discours qui vaut tant dans la sphère privée et intime de nous tous, soit dans la société tout court.

L'homme n'est pas sage,  mais il peut le devenir suite à ses erreurs.

Ces erreurs sont incontournables, ça fait partie de sa nature aussi.

L'autre réflexion suggerée par ce sablier un peu magique et impossible où les élements se transforment magiquement, est que nous tous sommes en train de vivre pour la prémière fois dans l'histoire de l'homme un moment unique et de tragique prise de conscince des actes de l'homme sur la nature et sur lui meme. Litteralement on pourrait dire que chaque gouttes d'eau en moins est un grain de poussiere du desert en plus. Le temps de l'homme est le temps des elements de la nature auxquels il est lié.

alexandra-bertels-dauwens-beernaert-cart
alexandra-bertels-dauwens-beernaert-cart